Voir les cartes ...



Les Dernières Nouvelles ... 2008

 

21 Décembre 2008, La France!

Après 50 heures de voyage depuis la Nouvelle-Zélande, nous voilà de l'autre côté de la planète, dans les froidures de l'hiver. Heureusement que les retrouvailles nous réchauffent de l'intérieur...
Tout l'équipage vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année!

Nouvel album photo: Nouméa

24 Novembre 2008, Christchurch, Nouvelle-Zélande

A l'hotel avant de prendre l'avion vers la France demain matin, ce soir on dort dans un lit pour la première fois depuis plus de 2 ans!
C'est la fin d'un merveilleux périple à travers la Nouvelle-Zélande, un road-trip de 3800 km en camping-car, trois semaines pendant lesquelles on en a pris plein la vue. D'accord, après tous ces milles marins sur le bleu des océans, on s'émerveille facilement à la vue de la moindre couleur verte. Mais même le plus blasé des terriens se laissera bluffer par ces paysages grandioses, les montagnes et les volcans, les forêts primaires, les fjords et les glaciers, les lacs et les rivières, les kilomètres de cotes sauvages, les vastes prairies ondulantes peuplées de moutons, sans oublier l'observation de la faune endémique.
Les mini-diaporamas ne sont qu'un aperçu, il nous reste 3000 photos à trier!

4 Novembre 2008, Début du voyage de retour ...

Aujourd'hui commence le long chemin du retour vers la France: quelques heures d'avion vers Auckland, puis un peu plus de 3000 km en camping-car sur les petites routes de Nouvelle-Zélande, avant les vols long-courriers qui nous ramèneront de l'autre côté de la planète en un temps dérisoire ...
Aujourd'hui, et pendant 3 semaines, si vous êtes en France, regardez-vos pieds et pensez à nous: on est juste dessous! A un peu plus de 6000 km il est vrai, mais depuis qu'on est dans le Pacifique, on n'aura finalement jamais été aussi proche de la France que pendant ce séjour dans les antipodes.

Imagine reste seul à Nouméa, sous bonne garde, bien que totalement désarmé. Il attend sagement la suite des événements ... Sans doute rêve-t-il de retourner dans ce fabuleux lagon, regardez comme c'est beau dans ce nouvel album: Le Lagon, avec les photos de notre arrivée et de quelques balades sur l'eau autour de Nouméa.

20 Octobre 2008, Les photos de l'Ile des Pins

Nouvelles photos: l'Ile des Pins, et nos rencontres avec les baleines à bosses.

Le temps passe vite ici, beaucoup de nouvelles rencontres, et on fête souvent des retrouvailles avec les équipages de bateaux croisés ces dernières années, Estel, Nez-Rouge, Le Mineur, Galdu, Mootea, Caramba, Banik, Nouvelle-Vie, ... et d'autres sont annoncés.
On s'active quand même un peu: le bateau sera bientôt désarmé, et nous préparons l'itinéraire de notre périple de trois semaines en camping-car à travers la Nouvelle-Zélande. Le départ en avion est prévu pour le 4 novembre. Les enfants avancent activement le CNED en prévision de ces grandes vacances.

Ensuite, ce sera le retour direct en France, via Auckland, Los Angeles, Munich, Marseille ... et Montpellier! Arrivée prévue le 26 novembre.

9 Octobre 2008, Un petit tour dans le lagon ...

Pour fêter les 16 ans de Romain, on a été faire un petit tour dans le lagon, histoire de retrouver les joies du mouillage. La champagne a coulé devant l'île Mbé Kouen, puis nous avons fait un stop au hasard devant le récif qui sépare le lagon de l'océan pour admirer les fonds coralliens très préservés et colorés, dans l'eau limpide mais froide de ce printemps austral (23 degrés!). Et pour finir, une nuit devant l'îlot Larégnère, réserve naturelle où on ne chasse qu'avec les yeux.
De retour à la marina, on va commencer à préparer le bateau pour son hivernage, enfin de son estivage devrait-on dire puisque c'est pendant l'été austral que les cyclones se promènent par ici.

Dernière mise à jour: suite et fin des photos des Fidji, avec l'album de Viti Levu, l'île principale de l'archipel où nous avons séjourné fin juillet.

26 Septembre 2008, Encore des photos

Suite et fin des photos prises dans l'archipel des Yasawa, dans le nord-ouest des Fidji. Des navigations difficiles, des paysages nouveaux, des rencontres fortes, un petit village inoubliable par l'accueil de ses habitants, tout ça en deux albums:

Yasawa1 : de Sawa-i-lau jusqu'à Waya Island
Yasawa2 : le séjour au village de Namara, sur Wayasewa Island

Rien d'extraordinaire à raconter pour l'instant à Nouméa. Malgré l'arrivée du printemps austral nous ne sommes pas encore très gâtés par la météo, l'heure n'est pas au tourisme mais plutôt aux cours du CNED pour les enfants, et aux préparatifs de départ pour les parents.

14 Septembre 2008, Mise à jour

Suite des photos fidjiennes de juillet dernier, l'album des splendides fonds marins de l'archipel des Yasawa.

06 Septembre 2008, Imagine a trouvé sa place à Nouméa

Belle escapade dans le sud du lagon: d'abord une journée perdus au fond de la baie de Prony, à jouer dans les cascades d'une rivière bleue sur fond de roches de fer et de nickel, puis une navigation vers l'Ile des Pins ponctuée de rencontres avec les baleines à bosse, de belles ballades dans les paysages uniques de cette île qui a séduit tant de navigateurs, une chasse dans l'eau froide récompensée de quatre jolies langoustes porcelaines, une dégustation d'escargots les pieds dans l'eau de la baie d'Oro, et pour finir encore des baleines, qui nous ont offert un festival de figures en tous genres tout au long du chemin de retour sur Nouméa.
A l'arrivée, miraculeuse surprise, une place s'est libérée pour Imagine dans la marina de Port Moselle! C'est donc là que le bateau attendra de connaître la suite de ses aventures pendant que nous serons en France.

Mais il nous reste plus de deux mois avant le départ, que nous passerons à visiter l'intérieur de la Grande Terre, puis la Nouvelle-Zélande.

On travaille aussi à combler notre retard sur le site: voici le premier album photo de Fidji, l'île de Vanua Levu, visitée en juillet dernier.

24 Août 2008, En vacances à l'Ile des Pins

Après deux semaines en marina, on repart aujourd'hui dans le lagon sud, reprendre la vie de mouillage pour une dizaine de jours. On espère voir les baleines et visiter la très belle Île des Pins. A bientôt ...

08 Août 2008, Arrivée à Nouméa

Belle traversée rapide et sans histoire, pour une fois! Nous avons pêché une grosse coryphène de 1m10 et 9kg au matin du deuxième jour, qui nous a nourrie pendant 3 jours, puis trois thons dans le lagon jusqu'à Nouméa. Malheureusement, la pluie et la grisaille ne nous ont pas permis de profiter des mouillages de l'île des Pins et de la baie de Prony. Nous avons donc rejoint la marina de Port-Moselle, au coeur de la ville de Nouméa.
Il nous faut maintenant trouver une place définitive pour laisser Imagine en sécurité pendant la saison cyclonique jusqu'à ce qu'il soit vendu (le bateau sera mis en vente officiellement dès que les douanes de Nouvelle-Calédonie nous en donneront l'autorisation) ou ramené en France. Pour l'instant tout est complet, si rien ne se dégage d'ici mi-septembre nous irons chercher asile en Australie.
A Nouméa nous réapprenons l'hiver: 16° le matin dans le bateau, ciel souvent gris et pluvieux, eau à 20° ... C'est un bon entraînement pour la suite de notre programme et notre retour en France prévu fin décembre!

28 Juillet 2008, Vuda Point, île de Viti Levu, toujours aux Fidji

Finis les lointains archipels et leurs îles encore préservées. Nous sommes depuis quelques jours sur l'île principale des Fidji, Viti Levu, à la marina de Vuda Point, d'où nous partirons prochainement vers la Nouvelle-Calédonie.
Nous profitons des villes proches, Lautoka et Nadi. Il y a plus d'un an que l'on n'avait pas vu autant de magasins et de monde, entendu autant de bruit, respiré autant de pollution. Il faut bien qu'on commence à se réhabituer!

Dernière mise à jour du site: 2 albums photos des Tonga: Le Royaume des Tonga et les photos sous-marines.

21 Juillet 2008, Au village de Namara, Waya Sewa Island

La météo fidjienne ne s'est pas beaucoup fatiguée depuis notre arrivée aux Yasawa. Chaque matin, une seule et même phrase laconique dans le bulletin de prévisions: "un avis de vent fort reste en vigueur sur toutes les îles". Et le pire c'est qu'ils ont raison! On a profité tant bien que mal des mouillages et des îles, Matacawa Levu, Naviti, Waya, paysages très différents de tout ce qu'on avait vu jusqu'à présent, montagnes pelées ourlées de cocotiers et de plages de sable blond, fonds marins magnifiques, petits villages mélanésiens où l'on doit impérativement se présenter au chef pour le Sevusevu, la brève cérémonie rituelle lors de laquelle on lui offre un fagot de yaqona, les racines qui seront pilées pour la préparation du kawa ...
Pour notre dernière étape dans les Yasawa, seuls devant un petit village tranquille, nous avons eu droit à un accueil extraordinaire, et avons partagé des moments vrais avec une population d'une extrème gentillesse: cérémonies du kawa bien sur, mais aussi four traditionnel préparé par le chef du village en notre honneur, échanges de cadeaux. Bastien est allé à l'école, il a eu un aperçu de la discipline et des méthodes en vigueur ici, bien éloignées de ce qu'il a pu connaitre jusqu'à présent...
Nous sommes définitivement adoptés, et invités à vie dans ce village!

15 Juillet 2008, Traversée de nuit vers les îles Yasawa

Douze heures d'accalmie, c'est la fenêtre que semblait ouvrir la météo, et on a sauté dedans! Mais on n'a pas eu une heure de plus, le vent est revenu en force au moment où on le voulait le moins, dans la fin de nuit qui précédait notre approche des iles Yasawa. Grand moment d'angoisse au petit jour après une nuit sans sommeil, pour une approche au vent de la côte avec des rafales jusqu'à 38 noeuds sur une mer parsemée de récifs non cartographiés. Pour les repérer, Pascale et Romain se perchent sur le roof et scrutent les déferlantes: celles qui sont toujours au même endroit brisent sur des récifs, les autres ... sont seulement des vagues qui déferlent, et il y en a beaucoup trop!. Le sondeur fait le reste du travail. Un peu plus d'une heure de navigation au delà du raisonnable, mais on ne maitrise pas toujours tous les paramètres.
Tout ça pour arriver dans la baie de Sawa-i-lau, certes magnifique, mais de laquelle le vent renforcé par les venturi du relief arrache des volutes aqueuses qui tournoient affolées vers le ciel. On a fini par trouver un abri convenable 8 milles plus au sud devant la plage de Nanuya Lailai, là où fut tourné le film "Le Lagon Bleu" il y a quelques décennies. C'était plus joli au cinéma!

13 Juillet 2008, Toujours à Savusavu ...

Coup de vent permanent sur les Fidji! Depuis notre arrivée, le vent n'a pas molli, on est coincé au fond de la baie en attendant une accalmie. On en profite pour visiter l'intérieur, se régaler de cuisine indienne, découvrir la cuisine traditionnelle fidjienne, dont le kawa, la boisson rituelle fabriquée par macération d'une racine: le goût et l'apparence d'une eau de vaisselle épaisse et fermentée, mais tradition oblige, on ne peut pas refuser cette mixture des dieux qui procure la sagesse ...
Rencontre fortuite et insolite avec la Pommiès Family, une famille française en vadrouille pour un tour du monde express et astucieux de 4 mois, dont nous avons croisé la route dans un cybercafé. A peine le temps de faire connaissance, et déjà on se quitte, mais on se reverra en France! Et c'est déjà raconté dans leur blog! cliquez ici et cherchez les dates du 11 et 12 juillet.
Des que le vent se calme, nous partons pour l'archipel des îles Yasawa, à l'ouest des Fidji.

7 Juillet 2008, Savusavu, Vanua Levu, République des Fidji

Trois jours d'une traversée beaucoup plus calme que la dernière, avec quand même 30 noeuds de vent la dernière nuit, pour arriver aux Fidji. Nous sommes mouillés dans la baie abritée de Savusavu, sur la côte sud de l'île de Vanua Levu, dans le nord de l'archipel.
Ici commence la Mélanésie et ses peuples mélanésiens aux cultures très diverses, que nous espérons pouvoir découvrir un peu pendant ces quelques semaines de juillet. La particularité des Fidji est la prédominance d'une population d'origine indienne, héritage importé des colonies britanniques à la grande époque de la canne à sucre, qui donne parfois l'impression d'être déjà 12000 km plus à l'ouest quand on se promène dans les rues.
Les paysages sont superbes, hautes montagnes qui plongent dans les lagons, végétation exubérante ...

30 Juin 2008, Retour à Neiafu

L'archipel des Vava'u nous a révélé quelques uns de ses trésors pendant ces deux semaines passées à explorer son labyrinthe d'îles éparpillées sur à peine une dizaine de milles. Nous avons découvert des fonds sous-marins où le corail foisonne, les poissons abondent, dans une eau cristalline malheureusement un peu fraîche pour nous (seulement 25 degrés, c'est l'hiver ici!). Au crépuscule, nous avons observé les roussettes, ces grandes chauve-souris à corps de renard que l'on voit pendues dans les arbres ou battant lourdement des ailes. Les baleines à bosse ne sont pas encore arrivées, mais on les espère d'un jour à l'autre: elles passent ici chaque année entre fin juin et octobre pour s'accoupler ou mettre bas.

Pour l'instant nous sommes de retour à Neiafu pour préparer notre prochain départ vers Fidji dans quelques jours, une petite navigation de 450 milles. En espérant qu'elle nous laissera un meilleur souvenir que la précédente, voir le récit de la traversée Mopélia Tonga ...

Que des bons souvenirs par contre dans l'album des photos de Mopélia.

13 Juin 2008, Imagine au Royaume des Tonga

Repos mérité pour Imagine et son équipage, dans la baie de Neiafu, nichée au coeur de l'île Vava'u dans le nord des Tonga. La traversée de 1200 milles depuis Mopélia fut la pire de tous nos voyages, la météo nous empêchant de nous arrêter aux escales prévues en chemin, nous gratifiant de plusieurs jours de gros temps, dont les dernières 24 heures qui nous ont vu filer à sec de toile à 6 noeuds de moyenne avec des surfs à 14 noeuds, dans une mer vraiment très en colère!
Et en plus on s'est fait voler une journée au passage de la ligne de changement de date d'est en ouest. Nous sommes maintenant les premiers à "voir le jour", avec 11 heures d'avance sur la France, et 23 heures sur la Polynésie.

du 27 Mai au 4 Juin 2008: Mopélia, le petit bonus polynésien

Cette fois on est parti, et même déjà arrivés ... mais toujours en Polynésie Française! On s'est accordé un petit bonus dans l'atoll de Mopélia, c'était presque sur la route et puis on avait une mission... A voir avec le récit du départ de Raiatea et des adieux (au revoir?) à tous nos amis dans le journal de mai 2008.

Suite et fin des photos de Raiatea, avec deux nouveaux albums de photos souvenir: Mars à Mai 1 et 2.

25 Mai 2008: Imagine est prêt à reprendre la mer ...

C'est pour demain! Si tout va bien Imagine pointera ses étraves vers l'ouest du Pacifique et reprendra la mer, après une année (et un peu plus!) en Polynésie, une étape inoubliable, plus qu'une étape, une tranche de vie riche de rencontres fortes et de découvertes. Qu'il est difficile de quitter ce bonheur et ces amitiés nouvelles, on nous a submergé d'invitations, couvert de cadeaux, bijoux, artisanat, chargé de fruits et légumes (plus de 300 kg!), beaucoup de gentillesse, d'émotion, les larmes n'étaient pas loin parfois, mais les nombreux colliers de coquillages offerts par nos amis pour ce départ nous ramèneront un jour en Polynésie, comme le veut la tradition ...

On a pas mal de récits en retard et de nombreuses photos à publier, en voici un petit extrait, l'album de Janvier à Mars à Raiatea.

Prochaines nouvelles sur ce site ... à la prochaine escale, au royaume de Tonga vers mi-juin!

17 Mai 2008: C'est notre fête!

Petit cadeau pour la Saint-Pascal, les ridoirs tout neufs sont arrivés, et ont été installés illico avec l'aide de Fred et Sofiane, les copains du ponton. Il ne nous reste plus qu'à sortir le bateau de l'eau pour un petit entretien express, et on sera prêt pour reprendre la mer..
On a rien perdu, les vents sont contraires sur la route depuis quelques jours. La prochaine fenêtre de départ s'ouvrira à partir du 25 mai ... on y croit!

4 Mai 2008: Toujours scotchés à Raiatea ...

Imagine est toujours en panne à Raiatea, en attente des pièces pour réparer le gréement. C'est sur, c'est plus agréable d'être coincé ici que dans la plupart des endroits qu'on a fréquenté, c'est sans doute pour cette raison que les fournisseurs ne se pressent pas pour nous répondre et nous aider ...
Les détails dans le récit du mois d'avril à Raiatea.

1er Avril 2008: Imagine en panne, ce n'est pas un poisson!

Dernière sortie en mer pour tester les nombreuses réparations des moteurs réalisées depuis un mois, hisser et vérifier toutes les voiles, dans du tout petit temps sur une mer peu agitée, dernier mouillage pour profiter du lagon, retour à la marina au coucher du soleil, dernières grosses courses chargées dans le bateau, quelques soirées d'adieu, tout est prêt pour notre départ vers les îles Cook en cette fin du mois de mars ...
La suite dans le récit du mois de Mars à Raiatea

Et en prime, un album photo spécial: Raiatea vue du ciel par Pascale

17 Mars 2008

Encore quelques photos, prises pendant les vacances de Noël dernier à Raiatea et Tahaa.

10 Mars 2008: Un arôme des Galapagos ...

Qui connaît le café des Galapagos?
Avant notre passage dans ces îles, on ignorait totalement la production locale de ce café bio, et par coïncidence, c'est au moment même où l'on vient enfin de finir le récit des Galapagos que nous retrouvons un paquet acheté là-bas et oublié dans les réserves pendant plus d'un an. D'après ses producteurs, c'est le meilleur café du monde, et d'après nous ... c'est réellement un excellent café!

Les préparatifs du départ continuent. Quand on étudie d'un peu plus près la géographie méconnue de cette partie de l'Océanie, on s'aperçoit qu'il reste bien des choses à découvrir, heureusement!

Voir les nouvelles cartes dans la rubrique "Les Voyages"


03 Mars 2008: On prépare le départ !

Et oui, Imagine va bientôt quitter la Polynésie Française et retrouver le vaste océan, son élément préféré! Pourquoi si tôt alors que les enfants n'ont pas fini l'année scolaire? Parce que le règlement ... c'est le règlement!
La loi n'accorde ici qu'un séjour de 12 mois maximum au bateau et à ses propriétaires sur une période de 24 mois. Au delà de ces 12 mois, il y a 3 options: ou payer une taxe d'un montant égal à 20% de la valeur du bateau (comment imaginer payer 20% de la valeur de son logement !!???), ou laisser le bateau à sec sous douane et quitter le territoire (pratique avec les enfants à l'école!), ou mettre les voiles ...
C'est donc ce que nous nous préparons à faire, nos 12 mois expirant le 29 mars prochain. Les enfants n'étant pas propriétaires du bateau, ils ont le droit de rester en Polynésie. Nous allons les confier à des amis pendant que Pascale et moi rejoindrons les Îles Cook, 400 milles plus à l'ouest. De là, Pascale prendra l'avion pour revenir à Raiatea s'occuper des enfants (une fois que le bateau est sorti, on a quand même le droit de visiter la Polynésie en simple touriste), pendant que je continuerai vers les Tonga pour mettre le bateau à l'abri et y attendre que ma petite famille me rejoigne en avion à la fin de l'année scolaire, fin mai. Simple non?
Nos diverses demandes d'une prolongation exceptionnelle de 2 mois ont toutes reçu des réponses négatives de la part de la direction des douanes, dont le zèle dans l'application des textes est vraiment irréprochable!
De tous les pays que nous avons traversés, c'est ici que nous avons trouvé l'administration la plus pénible avec les voyageurs en bateau, la plus inadaptée, la moins humaine ... Dire que c'est le pays où l'on paye nos impôts! Et le comble, c'est que la Polynésie se plaint de ne pas recevoir assez de touristes!
Nous ne comprenons toujours pas quel tort nous ferions à la Polynésie ou à la République Française en restant 2 mois de plus pour attendre la fin de l'année scolaire, mais tant pis, on nous chasse, nous partirons vers des territoires aux lois plus accueillantes!

Malgré ces tracasseries lamentables, et le travail de préparation du bateau, nous profitons quand même de notre fin de séjour ici: voici le récit du mois de février à Raiatea.

14 Février 2008, Saint-Valentin

L'année dernière pour la Saint-Valentin, on s'offrait le passage de l'équateur et l'entrée dans l'hémisphère austral. Un an plus tard, voilà le récit de cette première navigation dans le Pacifique, la traversée Panama-Galapagos.

4 Février 2008, Le récit du mois de janvier

C'est le plein été austral ici, toujours aussi pluvieux, mais pas excessivement chaud. Nous en sommes maintenant à la moitié de la saison des cyclones, mais aucune alerte à déplorer jusqu'à présent. Ils sévissent beaucoup plus à l'ouest pour l'instant, pourvu que ça dure ...
Ce mois de janvier est passé à toute vitesse. Après une belle visite de Tahaa (on vous recommande Vanilla Tours et son passionnant guide Alain Plantier), les jours se sont enchainés, et nous voila déjà en train de préparer les prochaines vacances pour la fin de la semaine.
Le journal de janvier à Tahaa et Raiatea est en ligne.

19 Janvier 2008, nouvel album photo

On l'avait oublié celui-là: l'album-photo de Bora-Bora!

05 Janvier 2008, Iaorana I Te Matahiti Api !!

C'est comme ça qu'on dit Bonne Année en Tahitien!
Nous voilà de nouveau amarrés dans la marina d'Uturoa, après dix jours de mouillage autour de Tahaa. Les vacances sont terminées, c'est la rentrée pour nous aussi.

Quelques mises à jour sur le site:

- le journal de novembre/décembre en images
- l'album photo pour la période d'octobre à mi-décembre à Raiatea

 

Les Dernières Nouvelles ... 2007

 

24 Décembre, Joyeuses Fêtes !!!

Joyeux Noël !

En ce matin du 24 décembre à Raiatea, à l'heure du réveillon de Noël en France, nous vous imaginons en train de festoyer autour du sapin. Ici il pleut depuis plusieurs jours, mais ça ne nous empêche pas de préparer une petite soirée de Noël entre nous quatre, avec du champagne, des bons petits plats, des guirlandes, et des cadeaux au pied de notre sapin en plastique, fidèle au poste sur Imagine depuis le début de nos voyages.
Nous avons passé une superbe semaine au mouillage devant le motu de Nao Nao, dans le sud de Raiatea, et nous repartirons dans quelques jours dès que le soleil reviendra sur nos îles.

Dernière mise à jour: le récit de notre séjour au Panama, et de la traversée du Canal.


4 Décembre, petit retour en arrière ...

Il y a un an, Imagine quittait la Colombie et abordait l'archipel des San Blas, qui borde la côte nord-est du Panama. Voici enfin le récit de cette étape extraordinaire sur le territoire des indiens kunas, et de la rencontre avec ses habitants si particuliers, avec deux versions au choix:
- A la découverte de la civilisation kuna, par Pascale
- Les San Blas, par Bastien

Il n'y aura pas de journal pour le mois de Novembre, parce qu'il n'y a pas assez d'évènements à raconter! C'est la routine depuis la rentrée des vacances: l'école pendant la semaine, quelques promenades sur les motus le week-end, la vie qui s'écoule tranquillement à la marina ... pas de quoi en faire un roman!

14 Novembre 2007, Nouvelles photos

Encore une période de mauvais temps, gris et pluvieux. On se console en regardant les photos, avec un nouvel album: Huahine

05 Novembre 2007, Retour de Bora-Bora

Deux semaines de vacances à Bora-Bora, pas mal pour la Toussaint! Hélas c'est déjà fini. Les enfants sont rentrés à l'école ce matin, on range, on nettoie, on fait les courses, mais le récit du mois d'octobre est déjà prêt (on bosse pour vous, bande de veinards!)

19 Octobre 2007, Encore les vacances!

Cette fois, on a droit à deux semaines. Après une période de gros mauvais temps, beaucoup de pluie et de vent, on espère que la météo sera clémente pour nous laisser profiter de notre prochaine destination: Bora-Bora, dont on admire la silhouette sur l'horizon depuis 3 mois, et peut-être Maupiti, un peu plus loin. Reprise de l'école le 5 novembre.
Dernière mise à jour: un nouvel album photo, nos deux premiers mois à Raiatea.

1er Octobre 2007, Raiatea, les nouvelles de Septembre

Quelques week-ends sur les motus ou en visite dans l'île, nos vacances à Huahine, un petit coup de vent d'ouest qui nous a décidé à déménager, tous les détails dans le journal de Septembre ...

20 Septembre 2007, Raiatea

Mise à jour de l'album photo, avec celles de Moorea prises fin juillet.

17 Septembre 2007, Raiatea, retour de nos vacances à Huahine

On vous racontera bientôt nos vacances à Huahine dans notre journal de septembre. En attendant, on s'est lancé à la poursuite de notre retard sur les récits du voyage, dont voici le plus retardataire (plus d'un an!), Venezuela- Las Aves.

8 Septembre 2007, Raiatea

"Le zodiac montait dans les vagues puis redescendait en tapant comme dans des montagnes russes. Le vent s'était levé depuis hier et alimentait la houle d'un clapot désagréable. Heureusement, le lieu de plongée n'était plus très loin, car chaque vague nous trempait un peu plus. Mais après tout, nous allions finir complètement mouillés... Une fois arrivés, nous nous étions équipés. Ainsi déguisé en homme grenouille, une bouteille sur le dos, j'étais paré." ....
La suite des plongées de Romain à Rangiroa dans son carnet de bord.

5 Septembre 2007, Raiatea

Un mois déjà que nous sommes installés dans notre vie semi-terrestre à Raiatea, que l'on vous raconte dans le journal du mois d'Août. Avec en prime un nouvel album photo, celui de Tahiti. Nous partons ce week-end pour une semaine de vacances sur l'île voisine de Huahine ...

depuis le 26 juillet, Imagine est à Raiatea

Imagine est arrivé à Raiatea, dans les îles sous le vent, à 100 milles à l'ouest de Tahiti. Ça ne sera pas une escale comme les autres, puisqu'elle va durer ... une année scolaire! Finis les vagabondages et les robinsonnades, nous allons retrouver un rythme plus terrestre, sans redevenir trop terriens quand même: nous continuons à habiter sur le bateau, le lagon de Raiatea et Tahaa est un vaste et magnifique bassin de navigation, Bora-Bora n'est qu'à 20 milles, Huahine à 30 ... nous saurons comment occuper nos week-ends.
En attendant nous allons préparer la rentrée scolaire, le 7 août ici!
Et puis nous allons prendre le temps de revenir sur cet extraordinaire voyage et d'écrire les récits de toutes nos étapes depuis la Colombie ...

Nouvel album photo: Rangiroa

du 17 au 25 juillet, Moorea

Elle était belle Moorea, vue du lagon de Tahiti, sa haute silhouette se découpant à l'ouest sur l'horizon. Bonne nouvelle, elle est aussi belle de près! Nous avons passé une nuit dans la célèbre baie de Cook, avant de nous installer dans la baie d'Opunohu, magnifique avec son relief très accidenté recouvert de végétation luxuriante, bordée par le lagon. De là, nous avons joué les parfaits touristes: snorkeling, plongée sous-marine sur le tombant corallien, promenade à cheval dans les champs d'ananas et les bois de la vallée d'Opunohu, tour de l'île en voiture... Nous avons aussi rencontré des habitants sympas, français installés ici, et polynésiens, Pascale a même retrouvé une copine d'étude perdue de vue depuis XXX (censuré) années!

du 2 au 17 juillet, Tahiti

Nous n'avons pas été séduit par Papeete, devenue une grande ville sans charme, embouteillée et polluée. Les fêtes du Heiva nous ont donné l'occasion d'assister à des spectacles de danses polynésiennes, et aux jeux anciens tels que lever de pierre, lancer de javelot, courses de porteurs de fruits.
Le reste du temps est passé en courses, lessives, réparations, ainsi qu'un peu de snorkeling dans le lagon.
Il faudrait consacrer plus de temps à l'île de Tahiti, explorer ses montagnes magnifiques, visiter la presqu'île encore préservée ... ce sera pour une autre fois.

2 juillet, Imagine est arrivé à Tahiti

Tahiti, c'était l'objectif fixé au départ de ce deuxième voyage, nous y sommes! Mouillés devant la marina Taina, avec vue imprenable sur l'île de Moorea, on n'a pas eu l'accueil des vahinés sur leur pirogue nous offrant des colliers de fleurs, mais on a un supermarché Carrefour à 5 minutes à pieds, et le WIFI à bord! On ne choisit pas son époque ...

Il y a trois nouveaux albums sur la page photo: Fakarava sur et sous l'eau, et Apataki.

1 et 2 juillet, Traversée musclée de Rangiroa à Tahiti

La météo n'est pas avec nous, mais nous partons quand même pour Tahiti le 1er juillet, afin d'arriver à Papeete pour les fêtes traditionnelles du Heiva. Une navigation musclée comme il y a longtemps que nous n'en n'avions pas connu: 30 heures au près, avec 30 noeuds de vent à l'arrivée, dans une mer très agitée! Imagine vole sur les vagues à 8-9 noeuds, très à l'aise, et nous emmène sans problème jusqu'au mouillage de la pointe Venus, là où un certain James Cook posa son ancre quelques siècles plus tôt.

du 23 juin au 1er juillet, dans le lagon de Rangiroa

40 milles de long, 20 de large, qu'il est grand ce lagon de Rangiroa! Quand le vent tourne, il faut pour trouver un mouillage abrité aller chercher des cocotiers de l'autre côté. Et c'est en général une navigation au moteur face au vent et au méchant clapot, tout en surveillant les patates de corail qui affleurent par endroit. Comme le vent a décidé de faire le tour complet de la rose, c'est à ce petit jeu que nous nous sommes amusés cette semaine, ce qui nous a conduit dans quelques uns des plus beaux recoins du lagon: les sables roses, le lagon bleu, et quelques motus perdus... nous avons savouré nos derniers jours aux Tuamotu, malgré un temps capricieux et pluvieux.

du 11 au 23 juin, Rangiroa

C'est donc sans enthousiasme que nous avons levé l'ancre vers Rangiroa, et sans vent, ce qui nous a valu une nuit au moteur ... Le collège attendait bien Romain, qui a passé son brevet sans problème. Mais à Rangiroa ce sont d'autres diplômes qui nous ont occupés: ceux de plongée sous-marine. C'est ici que l'on a choisi de valider nos diverses expériences par un brevet officiel. Il nous a fallu pour cela plonger chaque jour, à la rencontre des dauphins, requins (dont le gros tapete qui remonte des abysses pour voir les plongeurs), raies, tortues, et de toute la faune locale. Des heures extraordinaires dans les eaux claires des passes de Rangiroa. On a même observé la reproduction des poissons chirurgiens au crépuscule, un vrai feu d'artifice!

En ce qui concerne les mises à jour du site, il y a cinq nouveaux albums photo: suite et fin des Marquises et premiers atolls des Tuamotu.

du 6 au 10 juin, Apataki

Navigation de nuit jusqu'à Apataki. Après plus de trois semaines aux Tuamotu, nous n'avons toujours pas visité une seule ferme perlière, c'est donc l'objectif de notre séjour dans cet atoll. Nous posons l'ancre devant la ferme Assam, où nous rencontrons une famille très attachante, qui mène la vie simple et traditionnelle des paumotu, organisée autour de la production de perles de grande qualité. L'accueil des voiliers est ici une coutume ancienne, et nous passons d'excellents moments, assistant aux activités de l'exploitation, mais aussi en allant à la pêche et à la chasse au kaveu (le fameux crabe de cocotier) et en partageant la table de cette famille.
En quelques jours des liens forts se sont tissés, les adieux sont difficiles et émouvants, mais nous avons rendez-vous avec un certain DNB, le brevet de fin de troisième que doit passer Romain à Rangiroa.

du 3 au 5 juin, Fakarava, Hirifa

Changement de décor, nous partons quelques milles plus au nord retrouver Galdu, un bateau ami, devant une superbe plage de sable et une épaisse cocoteraie. Rencontre avec Emile, le propriétaire des lieux, qui nous invite à la pêche à la langouste dès ce soir. De nuit, à la lumière de lampes à pétrole, nous arpentons le platier balayé par l'écume des rouleaux de l'océan, écarquillant les yeux pour apercevoir les crustacés. Le bilan sera maigre (une seule bestiole), mais l'expérience inoubliable!
Le lendemain, nous organisons un repas sous les cocotiers d'Emile. Au menu, une pieuvre pêchée à la main au bord de la plage et cuisinée au lait de coco par nos hôtes, un mérou grillé, des bénitiers ... et des noix de coco! Merci Emile pour cet accueil simple et chaleureux!

du 31 mai au 3 juin, Fakarava, sur les motus au sud de la passe Tumakohua

On a changé de mouillage, pour venir s'abriter et s'isoler derrière les petits motus de l'autre côté de la passe sud. Surprise, on y retrouve Antoine et son célèbre catamaran jaune, Imagine mouillé à côté de Banana Split, image symbole d'un rêve devenu réalité ...
Le vent s'est levé, on profite des merveilleux paysages et de la tranquillité de l'endroit.

du 26 au 31 mai, Fakarava, Tetamanu et passe Tumakohua

La courte traversée depuis Faaite nous laisse quand même le temps de pêcher une belle bonite de 15 kg, que nous partagerons à l'arrivée avec le personnel de la pension et club de plongée Tetamanu, tous les bocaux d'Imagine étant déjà pleins!
A l'entrée dans la passe Tumakokua, c'est l'enthousiasme. Comment est-ce possible, c'est toujours plus beau! L' harmonie des couleurs du lagon et des motu, dont celui de Tetamanu qui abrite quelques paillotes et les restes de ce qui fut la capitale des Tuamotu il y a un siècle, la lumière, le ciel, tout est parfait! Imagine glisse sur une eau si claire que l'on peut détailler les coraux 20 mètres plus bas.
L'activité préférée ici, c'est évidemment la plongée, sous toutes ses formes: snorkeling autour du bateau, plongée dérivante avec l'annexe en se laissant emporter par le courant quand il rentre dans la passe (s'il sort, bye bye!), on survole alors les fonds coralliens comme un astronaute en apesanteur survolerait la surface de la terre, plongée avec bouteilles dans la "fosse aux requins", où des centaines de squales défilent lentement comme des parisiens sur le périphérique un soir de départ en vacances.
Les photos et les souvenirs s'accumulent ...

25 mai, Faaite

C'est l'escale imprévue. En route vers l'atoll de Fakarava, nous apprenons le soir par radio que Le Mineur, une vieille connaissance, attend à Faaite que le vent daigne revenir pour le pousser jusqu'à Tahiti. Changement de cap, et nous mouillons au matin à l'extérieur de la passe, sous le vent de l'atoll. L'eau a la transparence du cristal, les fonds sont tapissés de corail. Au moment de se préparer à plonger, surprise, un groupe de globicéphales s'approche du bateau. Nous nous glissons dans l'eau pour les rejoindre, quel bonheur de les approcher sous l'eau, de les voir évoluer calmement dans ce grand bleu profond traversé par les rayons obliques et diffus du soleil, en écoutant leurs conversations chantantes et cliquetantes. Inoubliable.

du 20 au 24 mai, Makemo

Après une sortie assez calamiteuse de la passe de Raroia (soleil dans les yeux, carte imprécise, fort courant), nous naviguons une nuit à petite vitesse pour atteindre l'atoll de Makemo. La passe, franche et bien balisée est franchie facilement contre un courant de 3 noeuds.
C'est une escale ravitaillement, nous retrouvons aussi deux bateaux amis. Après quelques courses et la visite du village de Pouheva, nous repartons dans un mouillage plus isolé devant Punaruku, un des innombrables motu de ce très grand atoll long de plus de 60 kilomètres. Belles couleurs turquoises, plongées entre les patates de corail, exploration de l'ancien village dont les ruines sont enfouies sous la végétation, parfaite tranquillité d'un mouillage aux Tuamotu ...

du 14 au 19 mai: Raroia, sur les traces du Kon-Tiki

Nous avons traversé le lagon en zigzaguant entre les patates de corail, pour venir poser l'ancre devant le minuscule motu de Tahunamaru, celui-là même où les membres de l'expédition du Kon-Tiki vécurent quelques jours en Robinson avant que les indigènes Paumotus ne viennent les récupérer. Le 7 août 1947, après 102 jours de dérive depuis le Pérou pour démontrer que les Polynésiens avaient des ancêtres incas, c'est sur cette barrière de corail que leur radeau de balsa s'échoua. Même si la science a depuis invalidé sa théorie, Thor Heyerdahl est resté un héros ici.
Nous mouillons devant divers motu (îlots) en longeant par l'intérieur la côte est du lagon, explorant à chaque fois les fonds sous-marins, les cocoteraies, les plages, les platiers ... On a vu bien des merveilles depuis que l'on navigue, mais on arrive encore à s'extasier devant ces paysages encore plus merveilleux, la lumière, la palette de couleurs du lagon et du sable, le parfum entêtant des fleurs que le vent nous distille de la mangrove, les oiseaux blancs, souvent en couple, qui virevoltent au dessus des palmes vertes des cocotiers, ... magique!
Nous ne pêchons pas les poissons du lagon, par peur de la ciguatera, mais nous mangeons les poulpes. Par contre nous sommes bredouille dans notre chasse au crabe de cocotier, le kaveu, si délicieux parait-il.

13 mai: Raroia, atterrissage sur les Tuamotu

Après une traversée morne sans beaucoup de vent, Imagine est aux Tuamotu, sur l'atoll de Raroia. Première ballade au village, c'est dimanche, les habitants sont dehors. On discute, on est invité à boire une bière par des musiciens bien imbibés qui chantent joyeusement des airs polynésiens, Romain essaye le ukulélé, les enfants jouent à la pétanque ... l'accueil est simple est sympathique.

9 mai: Au revoir les Marquises, départ de Taiohae vers les Tuamotu

"Allons, il faut partir, n'emporter que son coeur, et n'emporter que lui, mais aller voir ailleurs". C'est Jacques Brel qui écrivait ça, lui qui resta finalement aux Marquises ... Chargés de fruits et de souvenirs, nous quittons pourtant aujourd'hui cette terre si belle et si généreuse, et la gentillesse de ses habitants, pour d'autres découvertes polynésiennes vers l'archipel des Tuamotu à 450 milles plus au sud.
Objectif Raroia, l'atoll où s'échoua le Kon Tiki il y a 61 ans ... voir la carte.

30 avril: Baie de Hakatea et vallée de Hakaui

Petite escapade dans la baie d'Hakatea, on mouille le bateau entre des falaises de 300m, devant une petite plage de sable clair. Le lendemain, nous partons pour une randonnée dans la vallée de Hakaui: 5 heures de marche dans la forêt au fond d'un sillon creusé par la rivière entre de gigantesques murailles de basalte hautes de 800m. Grandiose! La vallée se termine en cul-de-sac et en apothéose, par la cascade de Vaipo, l'une des plus hautes du monde avec sa douche de 350m. Baignades et pique-nique, tout le long du chemin on admire les vestiges des cités anciennes, la végétation, ... et on se fait manger par les moustiques et les nonos, ces redoutables moucherons qui infestent les plus merveilleux décors des Marquises.
Tout se mérite, tout se paye ...

24 avril: Retour à Taiohae

Quatre jours sont passés tranquillement dans la baie d'Hanao. Chasse au poulpe, cueillette de fruits et légumes, promenades, ... puis retour sur Taiohae, un court trajet de 21 milles pendant lequel on pêche un joli mahi-mahi (daurade coryphène). On arrive juste à temps pour retrouver les copains à l'apéro.

Pendant ce temps, notre webmaster en France a bien travaillé: 8 nouveaux albums, plus de 700 nouvelles photos de nos derniers mois de voyage!

20 avril: Hatiheu

Une excursion avec les bateaux dans la baie voisine pour aller visiter le village de Hatiheu. La houle entre largement dans le mouillage, et le débarquement en annexe est sportif: Charly du bateau Ushuaia se dévoue pour amener tout le monde sur le petit quai en béton, puis va mouiller son annexe et revient à la nage. Nous traversons l'unique rue de ce charmant petit village très fleuri et bien entretenu, puis gravissons la piste jusqu'aux sites archéologiques de Hikokua et de Kamuihei, enserrés dans la végétation dense. Les lieux sont encore chargés de l'ambiance des rituels sacrés et des sacrifices humains, il y a des tikis de pierre et de bois sculptés, des autels, des fosses, des gradins, on imagine ce que les roches de basalte noires et moussues pourraient nous raconter de ces cérémonies pas si lointaines ...
Retour au village pour un bon repas chez Yvonne, excellent et copieux. Les anguilles du ruisseau voisin se jettent sur nos restes de chèvre coco et de langouste flambée au whisky.
Puis nous regagnons la baie d'Hanao, seuls, Aupaluk, Ushuaia, et Tao juste arrivé de sa traversée du Pacifique s'en vont vers faire le tour de Nuku-Hiva par l'ouest.

18 avril: Notre anniversaire dans la baie d'Hanao

Nous avons retrouvé Aupaluk et Ushuaia dans cette baie bien protégée et isolée, au nord de Nuku-Hiva. Pour notre anniversaire, la nature nous gâte: elle nous offre encore un somptueux paysage, sans doute l'un des plus beaux de ce voyage, mais aussi une séance de plongée avec des raies mantas, majestueuses dans leur grande cape noire, ainsi qu'un poulpe pour le repas. Nos amis et nos enfants nous ont gâté aussi, c'est la fête sur Imagine ce soir, sous les étoiles de la baie d'Hanao ...

15 avril: Nuku-Hiva, Taiohae

Repos, approvisionnement, et lessive. Tel est le programme pour l'instant à Taiohae, capitale administrative des Marquises. Ici il faut se lever de bonne heure pour faire son marché: il commence à 4h30 du matin, et tout est vendu à 6 heures, il faut amener sa lampe de poche pour inspecter les étals! On a bien aimé, malgré le réveil matinal.
Nous partons demain pour explorer les baies du nord de Nuku Hiva.

12 avril: Ua-Huka, puis Nuku-Hiva

Après une navigation de nuit depuis Hiva-Oa, nous avons atteint l'île peu visitée de Ua-Huka et mouillé dans la baie de Hane. Les chevaux et les chèvres sont majoritaires ici, on les voit partout sur les plateaux et sur les pentes raides des falaises. Malheureusement, la météo ne nous permet pas de rester, nous quittons rapidement ce mouillage, rasons les îlots de la baie de Haavei où nichent des milliers d'oiseaux, et mettons le cap sur l'île de Nuku-Hiva, vers la baie abritée de Taiohae.

11 avril: Hiva-Oa, Hanaiapa

Hanaiapa, c'est une vallée étroite, au milieu coule une rivière, et sur ses berges, un petit village si bien entretenu que l'on dirait un jardin tropical. Les habitants sont sympas, on nous donne encore des fruits, des légumes locaux. Seul bémol, 2 jet-skis de location font des ronds dans l'eau pendant le week-end, dommage ... C'est de là que nous sommes partis visiter en 4x4 les petites vallées perdues de la côte nord jusqu'à Puamau, accompagnés de notre guide Henri, passionné par son île. Nous avons vu des sites archéologiques, des tikis de pierre parmi les plus grands de Polynésie, des paysages, des personnages, de nouveaux fruits ...

7 avril: Retour sur Hiva-Oa, Baie de Hanamenu sur la côte nord

Nous avons quitté Tahuata, notre île préférée pour le moment. La pêche a été bonne pendant cette courte navigation: un petit thon rouge de 3 kg, suivi d'un énorme wahoo de 1m71 et 45 kg! Notre record absolu! Après une longue et sanglante séance de dépeçage, on en a extrait 25kg de chair que l'on a partagée avec Aupaluk et Ushuaia. Quelques bocaux supplémentaires vont rejoindre ceux du dernier marlin.
Il y a une petite rivière qui se jette dans cette baie inhabitée, nous nous y sommes baignés dans une eau fraîche et cristalline, puis nous avons visité les alentours, rencontré une famille en camping ce week-end pour la chasse au cochon sauvage, vu quelques chevaux errants, soulagé quelques citronniers de leurs trop nombreux fruits, marché dans la petite vallée profonde qui s'enfonce entre les montagnes ...

4 avril: Tahuata, Hapatoni

C'est un tout petit village caché au fond d'une baie, nous y passons trois jours tranquilles. Les habitants sont très accueillants, nous offrent spontanément des fruits qu'ils vont nous cueillir, pamplemousses, pommes-cannelle, et nous autorisent à prendre ce qu'on veut sur les arbres des environs. En se promenant dans la nature, on fait le plein de bananes, de papayes, de mangues, de citrons ... Les gens d'ici sont presque tous sculpteurs sur bois et sur os. On aime beaucoup cet art traditionnel marquisien, on craque pour une lance en bois de rose et en rostre d'espadon, et un masque tiki. En repartant, on nous invite à grimper dans un pamplemoussier, le bateau s'alourdit d'une trentaine de kilos de ces fruits juteux et savoureux!
L'eau est très claire dans cette baie, on pêche des rougets et des pieuvres, les requins nous surveillent ...

31 mars: Tahuata, Baie de Hanamoenoa

Les provisions faites, nous sommes repartis vers un endroit plus calme, la petite île voisine nommée Tahuata, où les seuls touristes sont des navigateurs comme nous. Nous sommes toujours en compagnie de Aupaluk et Ushuaia, nos trois catamarans sont mouillés dans la baie de Hanamoenoa. Au fond de cette anse, une jolie plage de sable blond devant une cocoteraie, sertie entre les montagnes vertes. C'est la nouvelle cour de récré des enfants après l'école, baignades, cabanes sur la plage, exploration en kayak, pendant que les plus grands vont pêcher sous l'eau. Ici il est difficile de plonger sans voir des requins, ils ne sont pas trop collants, on ouvre l'oeil et on s'habitue à leur présence. Romain nous a remonté une pieuvre de 2m d'envergure et de 4 kg! Un régal ...

28 mars: Hiva-Oa, Atuona

On a changé d'île, nous sommes maintenant sur Hiva-Oa, au mouillage dans la baie Tahauku, malheureusement encombrée en ce moment par une énorme drague qui fume et fait du bruit. Ce n'est plus le paysage enchanteur de Fatu Hiva, mais l'île est quand même grandiose. C'est dans la petite ville de Atuona que vécurent Gauguin et Brel, chacun au terme de son parcours. Un pélerinage s'imposait donc, et nous sommes montés au petit cimetière qui domine le village et la baie pour partager un moment de sérénité avec eux, ils ont bien choisi, la vue est superbe!
Nous avons aussi visité le musée Gauguin, instructif, et l'espace Brel, émouvant. Autour de son avion "Jojo", sa vie, ses textes, des photos, et bien sur les chansons de son dernier album "Les Marquises" qui passent en boucle.

25 mars: Fatu Hiva, Hanavave

Déjà trois jours que nous sommes là, on en a bien profité: le premier jour, malgré un déluge qui nous a laissé peu de répit, nous avons eu droit à un spectacle de danses polynésiennes, Romain a même été obligé de nous faire une démonstration de Tamouré, invité par une vahiné devant tout le monde, il ne pouvait pas refuser. C'est comme ça quand on est trop beau ...
Le lendemain samedi, nous étions invité à un mariage (j'ai même été à la messe, brièvement), et on a mangé comme quatre, du cochon sauvage grillé, de la chèvre à la noix de coco, du poisson cru à la tahitienne, du poulet, du steak, et moult légumes locaux. On comprend pourquoi ils sont si baraqués ici! Ca ne nous a pas empêché d'aller marcher dans la montagne l'après-midi jusqu'à une très haute cascade sous laquelle nous nous sommes baignés.
Hier dimanche, on est repartis à l'assaut des cimes le matin, pour admirer le panorama, quatre heures de marche sous le soleil, avec des arrêts pique-nique et baignade dans les torrents. Puis pêche sous-marine pour finir la journée, il y a du gros mais on se méfie de la ciguatera, les poissons sont souvent toxiques en Polynésie.

22 mars: Baie des Vierges, Fatu Hiva, Les Marquises !

Et voila, c'est terminé, Imagine est au mouillage devant le village de Hanavave, dans le fabuleux décor de la baie des vierges à Fatu Hiva, l'île la plus au sud des Marquises. On regarde, c'est magnifique, somptueux, on réalise peu à peu où on est; on finit par y croire ...
Ce fut une traversée sans histoire, aucun problème technique, une météo correcte. Pour les amateurs de statistiques, voilà les chiffres: Distance parcourue: 3084 milles, en 19 jours et 5 heures, meilleure journée: 227 milles, la pire: 104 milles dont seulement 54 sur la route directe, quand on cherchait les alizés. Mauvais pour la moyenne ...

19 mars: Bientôt l'arrivée ...

Dix-septième jour. Il reste moins de 500 milles jusqu'aux Marquises. On va savourer les derniers jours de cette traversée, on est a la fois impatients d'arriver et déjà nostalgiques, un monde nouveau à découvrir, une expérience unique qui s'achève ...
Il faudra marquer d'une pierre blanche la journée d'hier: j'ai fait la cuisine! un massalé de marlin, recette réunionnaise. C'était excellent, tout le monde s'est régalé, et j'ai obtenu un 18/20 de la part de mes enfants. Pas mal pour un débutant!

16 mars: Enfin du poisson!

Quatorzième jour. On a enfin pêché, et du gros: un marlin lancier de 1m85 et 18kg! Il a fallu batailler plus d'une heure, Pascale à la barre pour contrôler la vitesse, Romain et moi à remonter centimètre par centimètre les 400m de fil que la bête a déroulé avant que l'on puisse freiner. Il ne reste plus qu'à savourer les délicieux sashimis, ceviche, et autres recettes, et à faire des bocaux de ce qu'on ne pourra pas consommer tout de suite.
Il reste moins de 1000 milles à parcourir...

13 mars: A mi-chemin

Onzième jour de mer. Les jours se suivent et se ressemblent, seul le livre de bord permet de mesurer le défilement du temps. Nous sommes à 3000 km des Galapagos, 3000 km des Marquises, et la terre habitée la plus proche est l'île de Pâques à 2200 km. Le plus grand désert du monde ...
Pour fêter ça, Pascale nous fait un steak-frite à midi! On n'a pas le choix, on est toujours bredouille à la pêche.

10 mars: Premier tiers du parcours

Une semaine de mer aujourd'hui, et un peu plus de 1100 milles parcourus. On a bien avancé depuis que les alizés nous poussent, avec une journée record à 227 milles avant-hier. Mais on aimerait bien un peu plus de soleil, un peu moins de mer, et du poisson au bout de la ligne!

7 mars: Vive les alizés !

On le savait, c'est un peu tôt en saison pour traverser le Pacifique, les alizés ne sont pas toujours bien établis à cette époque de l'année. On est partis quand même, et les quatre premiers jours ont été bien longs: 500 milles au près serré, à 90° de la route des Marquises, pour aller chercher les vents portants plus au sud! Et puis ce matin, un énorme grain nous rattrape et nous engloutit, c'est le déluge pendant des heures, mais les alizés sont là et nous poussent enfin vers la Polynésie.

3 mars: Départ d'Isabela, en route pour les Marquises

Nous serions bien restés un peu plus sur la merveilleuse Isabela, mais il aurait fallu pour cela payer encore un fonctionnaire corrompu de la capitainerie de Puerto Villamil, pour qui les lois compliquées qui régissent l'archipel des Galapagos sont une bonne source de revenus complémentaires auprès des voiliers de passage ... passons.
Nous en avons bien profité de cette dernière escale. Arrivés le 25 février après une étape nocturne devant le petit village de Puerto Ibarra sur l'île de Floreana, nous avons apprécié le mouillage de Puerto Villamil, bien abrité, et bordé d'îlots peuplés de fous à pieds bleus, de manchots des Galapagos, d'iguanes marins et des inévitables otaries.
Nous avons gravi à cheval les pentes du volcan de la Sierra Negra, admiré son cratère géant rempli d'un lac de lave noire, cheminé parmi les roches torturées et les coulées de lave refroidie du volcan Chico. Grâce à Henri, ancien pêcheur et chaleureux patron du "Club Nautique", nous avons exploré des lagunes inaccessibles, perdues dans un dédale de tunnels sculptés par la rencontre du magma en fusion et de l'océan, et où se cachent des centaines de tortues marines, en compagnie de requins, raies, otaries et manchots.
Puis nous sommes partis, en direction des Marquises, avec nos amis des catamarans canadiens Aupaluk et Ushuaia. Nous avons 3000 milles à faire, nous devrions pouvoir trouver le temps de trier les quelques mille photos prises aux Galapagos .... sans parler de celles des San Blas et de Panama!

19 février: Dernières mises à jour

Nouvelles mises à jour: le récit de notre séjour en Colombie, le récit de Bastien, et quelques cartes.
Magnifique week-end ici, malgré un temps pluvieux, avec découverte de l'île, des tortues géantes, des iguanes, plongée au milieu de bancs de requins, et nage avec les otaries.

15 février: Arrivée aux Galapagos

Après une traversée très agréable et facile, avec un fort courant favorable (jusqu'à deux noeuds et demi!), Imagine est aux Galapagos, au mouillage devant Puerto Baquerizo Moreno, sur l'île de San Cristobal. Arrivés au petit jour, nous avons eu droit à un super accueil de nos amis Aupaluk et Ushuaia, avec café et croissants au beurre, et les musiciens du bord qui nous jouaient "Imagine" à la guitare!
Les otaries, d'abord timides, ne se gênent plus maintenant pour monter sur le bateau, elles s'offusquent même quand on essaye de les chasser!

14 février: L'équateur !

Imagine a la tête à l'envers, depuis 13h42 GMT aujourd'hui nous sommes dans l'hemisphère sud!
Nous avons trinqué au champagne avec Neptune, on s'est baigné sur la ligne, on lui a même sacrifié chacun une mèche de cheveux, en espérant attirer ses faveurs...

07 février: Isla Pacheca, Las Perlas

Ça fait du bien d'être à nouveau dans la nature. Premiers bains dans le Pacifique, ici l'eau est froide! Pas plus de 23 degrés en surface, et des nappes plus fraîches au fond, ça surprend. Et on ne reconnaît plus les poissons, ils sont différents de leurs cousins de l'Atlantique!
Nous partons dans deux jours pour les Galapagos ...

05 février: Départ pour les Perlas

Un petit archipel à 40 miles de Panama City, c'est ce qu'il nous faut pour nous reposer de cette course infernale à l'approvisionnement. Le bateau n'a jamais été aussi lourd, on est paré pour six mois!
Une nouveauté sur le site: on peut suivre Imagine à la trace en cliquant sur le lien en haut à droite de cette page. La position sera envoyée une fois par jour, sauf au mouillage ou au port. Attention, c'est à l'essai, pas de panique si ça ne marche plus: ça ne voudra pas dire qu'Imagine a disparu, mais seulement qu'il y a un problème informatique quelque part.
Seule mise à jour cette semaine: le journal des îles ABC par Romain.

28 janvier: Imagine dans le Pacifique !!!

C'est la nuit, Imagine est au mouillage de Balboa, faisant face au pont des Amériques tout illuminé, ce pont qui marque l'entrée dans le Pacifique ... Comme on est passé dessous tout à l'heure (pendant que John Lennon chantait Imagine dans le cockpit, bien sur), ça doit vouloir dire que ça y est, on est dans le Pacifique !!!! On ne réalise pas encore vraiment, trop abrutis de fatigue après une soirée hier à monter les écluses côté Atlantique, une nuit au mouillage dans le lac de Gatun qui n'a durée que quelques heures entre la fin de la fête sur les trois bateaux à couple (on a passé le canal en convoi avec nos amis Aupaluk et Ushuaia), et le réveil par les singes hurleurs à 5h du matin, puis une navigation au moteur dans le canal jusqu'au passage des trois écluses qui nous ont redescendus jusqu'à l'océan, le tout avec un peu de tension due aux manoeuvres délicates ...
On va se coucher, la tête pleine de cette mémorable traversée, en rêvant du nouveau terrain de jeu qui s'ouvre devant les étraves ...

24 janvier: Aux portes du canal ...

Imagine est à Colon, l'entrée du canal de Panama, tout au bout de l'Atlantique! Depuis notre arrivée musclée le 18 janvier, c'est la course à la préparation: d'abord les formalités, comme toujours, mais ici c'est un peu plus compliqué car il faut subir l'administration du canal en plus, il y a tout un processus à respecter pour obtenir enfin le droit de passer de l'autre côté. Ensuite la préparation du bateau (entre autres une belle ceinture de pneus pour le protéger des chocs, ça lui donne un look d'enfer ...), la préparation du capitaine avec un passage du canal comme équipier sur un autre bateau pour s'entrainer, et puis les courses car il faut commencer l'approvisionnement pour la traversée du Pacifique, c'est sans doute les plus grosses courses que nous ayons jamais faites!
Comment trouver le temps de mettre le site à jour dans ces conditions ? Heureusement qu'on avait un peu travaillé aux San Blas! Voici les dernières mises à jour, dans l'ordre chronologique:

- la fin des carnets de bord de Romain et Bastien sur le Venezuela, avec le récit des Aves,
- le journal de Bonaire, Curaçao, et Aruba, les îles ABC, avec le petit tour de l'été en France,
  ainsi que la version de Bastien,
- l'album photo de Curaçao,
- l'album photo de la traversée entre Curacao et Cartagène via Aruba,
- le récit de la traversée vers la Colombie,
- les photos de notre inoubliable séjour à Cartagène en Colombie (album 1 et album 2),
- les mini-diaporamas dans la page d'accueil à gauche, pour faire patienter avant la publication des
  albums photos complets et des récits à venir (cliquez sur les petits catamarans sous la photo pour
  vous déplacer dans le temps)

PS: dernière minute, le passage du canal est prévu pour samedi 27 janvier. Vous pourrez nous voir en direct live sur les webcam du canal. Nous devrions franchir les écluses de Gatun entre 18h et 20h locale (soit dimanche entre 0h et 2h du matin en France), et celles de Miraflores entre 12h et 14h dimanche 28 (entre 18h et 20h en France).

15 Janvier 2007: Nos derniers jours aux San Blas

En stand-by au mouillage de Chichime, protégés par une barrière de corail, nous attendons une accalmie de la météo pour quitter les San Blas en direction de Colon. La deuxième partie de notre séjour ici a été plus tournée vers les îles cartes postales et la plongée. Naviguant dans des eaux plus fréquentées, nous avons rencontré plusieurs familles faisant le tour du monde, avec plein de nouveaux copains pour Romain et Bastien, dont un Outremer 45 américain, Aldora, et deux catamarans québécois, Aupaluk et Ushuaia.


Les dernières nouvelles 2006 et 2005


Le voyage précédent : Imagine autour de l'Atlantique